Qu’existe-t-il au monde de plus fin et de plus délicat que le cristal ? Orné de mille reflets, le cristal est le symbole de ce qui est solide et beau. Souvent teinté et sculpté, le lustre en cristal revêt toutes sortes de symboles et de promesses. Il est vœu de pureté, d’engagement, de douceur et d’éternité.

L’histoire du cristal

C’est au XVIIe siècle que commence l’histoire du cristal en Angleterre. Georges Ravenscroft, un marchand anglais spécialiste du verre, aurait eu l’idée d’ajouter une forte proportion de plomb dans la recette du verre afin de le rendre plus solide.

En France, c’est au XVIIIe siècle, sous Louis XVI, que François de Beaufort invente une formule à 35% de plomb. A partir de cette cristallerie, plusieurs autres s’installent sur le territoire français, dont la célèbre usine de Baccarat dont Napoléon III était si friand. Le cristal est un verre d’une finesse et d’une luminosité exceptionnelle, c’est ce qui fait toute sa beauté.
Parallèlement au cristal de verre, il existe le cristal de roche, connu et exploité depuis l’antiquité. Il fait l’objet de nombreux bijoux et sculptures. C’est une variété de quartz extrêmement dure, d’une finesse et d’une transparence telles qu’on l’apparente à une pierre précieuse. Le cristal de roche est encore très utilisé en décoration d’art.

La fabrication traditionnelle du cristal

Pour fabriquer du cristal, il faut s’armer de la recette de base du verre, avec une forte densité de silice, un sable blanc le plus pur possible, auquel on ajouter, traditionnellement de la cendre de fougère pour un apport de potassium. L’ajout du plomb se fait à la fin. Il permet d’abaisser la température de fusion du verre, d’apporter solidité et éclat au matériau ainsi créé. La fabrication est réalisée dans des fours à pots où sont coulés et chauffés les éléments.

On compte alors 3 acteurs majeurs à la création d’objets de cristal : un cueilleur, un souffleur et un tailleur. Le cueilleur va attraper le cristal en fusion à l’aide d’une canne et en faire une boule. Il doit débarrasser la boule de toutes ses bulles d’air avant de la livrer aux bons soins du souffleur. Ce dernier, dans l’artisanat traditionnel, souffle dans la canne et bouche rapidement l’orifice pour éviter le retour de bouillon. Lorsqu’une première bulle d’air s’est formée, le souffleur a pour rôle de souffler le cristal de manière continue pour réaliser un objet fin et régulier. Lorsque le cristal a refroidi, c’est au sculpteur d’intervenir pour réaliser son ouvrage pour un cristal artisanal.

Une décoration avec des lustres en cristal

Décorer un intérieur avec des lustres en cristal, c’est donner à votre logement de la transparence et de la lumière. Les pampilles d’un luminaire en cristal vont attirer la lumière du soleil et drainer couleur et éclat, tandis que le lustre est éteint. Le cristal va alors illuminer la pièce et lui donner du cachet. Des appliques aux suspensions en métal, les luminaires s’enrichissent de la matière transparente et irisée.
Chaque lustre en cristal a sa particularité. Depuis l’immense lustre XIXe qui couvre tout un plafond et éclaire les grandes scènes de théâtre, au petit lustre décoratif d’une entrée, la délicatesse est au rendez-vous. Tous les styles se marient avec le cristal. L’ancien, plein de cachet, trouve un écho dans la finesse du cristal ; le design joue avec ses couleurs ; le moderne mélange les matières et joue entre l’aluminium et le cristal. On marie avec élégance les tissus lourds comme le velours tout comme les matières très aériennes comme l’organza.

Le cristal est un matériau hautement décoratif. Opter pour un élément de décoration en cristal, c’est avoir la garantie de profiter d’une décoration tout aussi belle éteinte qu’éclairée. Il est en outre important de choisir la qualité du cristal qui constitue un lustre : toute la beauté de l’objet en dépend, associez le avec meubles anciens restaurés et démarquez-vous de vos voisins !